Ville de Schiltigheim
Imprimer cette page
Quotidien

Parc de la Résistance

Le Parc de la Résistance, situé Route de Bischwiller abrite en son sein deux monuments : le Monument aux Morts et la Stèle de la Résistance.

 

Le Monument aux Morts

 

Il a été construit en 1922 par l'architecte strasbourgeois Henri Gustave Krafft, à l'initiative d'un comité privé d'industriels présidé par M. Oscar Schutzenberger pour honorer la mémoire des 282 jeunes de Schiltigheim tombés entre 1914 et 1918. Il est fait de granit rose.

Une statue féminine en bronze sculptée par Albert Schultz, strasbourgeois également, fondue dans l'atelier de Gustave Leblanc-Barbedienne à Paris accompagne le monument. 

Le socle renferme un parchemin sur lequel sont inscrits le nom des 282 enfants de Schiltigheim tombés à la guerre.

 

Initialement placé dans l'allée centrale de l'ancien cimetière, il fut démonté et caché lors de l'occupation allemande entre 1940 et 1944, et n'a trouvé sa place actuelle qu'en 1972.

 

 

La Stèle de la Résistance

 

Réalisée par l'artiste allemande Barbara Jäger et intitulée "Pétales tombantes", cette stèle remplace une ancienne stèle dont la liste de noms était incomplète.

Elle fut inaugurée le 22 novembre 2009, en présence de l'ancien résistant Raymond Aubrac qui a déclaré : "Il y a eu ici en Alsace une réaction patriotique contre le nazisme d'autant plus forte que les Alsaciens étaient au contact direct avec eux (les nazis) et que la répression était d'autant plus forte". 

 

Elle est composée d'un élément en acier comportant des découpes de pétales rouges d'un côté, vert de l'autre, et de quatre plaques de verres sur lesquelles sont inscrits les noms des 36 victimes du régime nazi originaires de Schiltigheim. Parmi eux : déportés juifs, résistants, et schilickois réfugiés à Oradour-sur-Glane en Haute-Vienne qui furent massacrés par la sinistre division SS "Das Reich" le 10 juin 1944. Ce massacre avait mené à la mort de 642 personnes, dont 207 enfants et 245 femmes, fusillés ou brûlés, par cette unité dans laquelle figuraient 13 Alsaciens "Malgré-nous", enrôlés de force.

 


Voir aussi
 

Menu d'accès rapide