Ville de Schiltigheim
Imprimer cette page
Social

Emploi, autonomie des jeunes et droit des femmes

Soucieuse d’apporter un réel soutien aux Schilikois touchés par le chômage, la Ville de Schiltigheim a créé, en 2014, un service dédié à l’accueil et à l’accompagnement des demandeurs d’emploi afin de faciliter leur retour à la vie active. Il s’agit d’un dispositif de proximité, renforcé par différents outils adaptés au contexte schilikois, qui a fait ses preuves.

 

 

Lieu d’accueil pour des contacts directs et privilégiés

 

L’ambition du service est d’aider un maximum de personnes à retrouver un travail, en tenant compte des aspects sociologiques particuliers de Schiltigheim, à savoir son fort taux de chômage, qui atteint les 20 % et qui touche, en particulier, les femmes et les jeunes.

 

Facilement accessible, le service fonctionne en parfaite complémentarité avec Pôle Emploi et la Mission Locale et les deux agents qui le composent proposent des ateliers et des actions destinés à faciliter la réinsertion professionnelle, tels que l’accompagnement de type coaching ou les ateliers de motivation, qui ne figuraient pas dans la feuille de route initiale. Aujourd’hui, ce sont quelque 300 personnes qui ont pu retrouver la voie de l’emploi.

 

Le passeport à l’acquisition de l’autonomie des jeunes, un projet novateur pour les 16/18 ans

 

Au-delà des jobs dating, des ateliers « Retour à l’emploi », les outils conçus par la Ville de Schiltigheim pour faciliter la reconquête de l’emploi ne manquent pas. Alors que les jeunes sont particulièrement touchés par le chômage et qu’ils ont, par conséquence, du mal à ne pas dépendre de leurs parents, un dispositif a été mis en place : le Passeport à l’acquisition de l’autonomie des jeunes.

Ce support, qui s’inscrit dans le cadre d’une politique volontariste, est en phase avec l’attention qui a toujours été portée à Schiltigheim aux enfants et aux jeunes.

À travers le passeport, les jeunes auront également la possibilité de s’ouvrir des horizons en disposant de conseils clairs relatifs à tout ce qu’ils peuvent entreprendre, en fonction des dispositifs existants. Ils auront aussi l’opportunité, dans le cadre de leurs temps libre, de participer à des ateliers sur la citoyenneté et de s’investir dans des actions bénévoles, notamment auprès des personnes âgées.

 

La campagne « Jobs d’été »

 

Comme tous les ans, la Ville de Schiltigheim propose de donner un coup de pouce aux jeunes désireux d’accéder à un emploi saisonnier, qui constitue souvent le premier contact avec le monde du travail. Pour postuler, les jeunes doivent avoir entre 16 et 20 ans et être en situation de scolarisation.

Plus de 40 postes sont proposés aux jeunes Schilikois qui auront, par ce biais, la possibilité de travailler dans un service de la collectivité. Selon le cas, il s’agira d’un travail de type administratif, d’une fonction qui concernera l’animation ou bien encore d’un travail plus technique.

 

Durant les différentes réunions d’information qui se sont tenues de février à avril 2016, environ 200 jeunes ont fait le déplacement. Si tous les jeunes rencontrés n’obtiendront pas nécessairement satisfaction en travaillant directement pour la collectivité, tout à été fait pour qu’ils repartent avec un ensemble d’outils susceptibles de trouver leur propre job : conseils quant à la présentation du CV et de la lettre de motivation, liste des entreprises qui recrutent…

À ce sujet, il convient de préciser que le service emploi dispose d’un partenariat privilégié avec certaines entreprises qui donnent la possibilité aux jeunes de trouver un travail durant la période estivale, hors mairie de Schiltigheim.

 

 

Le droit des femmes

 

Une des priorités du mandat repose sur la prise en considération du droit des femmes. Le service s’est particulièrement mobilisé cette année, à travers l’organisation du colloque « Violences faites aux femmes, agissons ! » qui, sur deux jours, a regroupé le grand public, les spécialistes intervenant sur le plan local et surtout Alexandra Lange, première femme à avoir été acquittée pour légitime défense ainsi que ses anciennes avocates Jeanine Bonaggiunta et Nathalie Tomasini (avocates, par ailleurs, de Jacqueline Sauvage et de Sylvie Leclerc) qui ont rappelé combien il était important de faire progresser, de façon résolue, le dossier des femmes subissant la violence de leur conjoint, en faisant évoluer, sur le terrain, les mentalités. 

 

Contact :

03 88 83 84 87
emploi@ville-schiltigheim.fr


Voir aussi
 

Menu d'accès rapide