Ville de Schiltigheim
Imprimer cette page
Votre ville

08 Quartier des Écrivains

Grand ensemble de 1200 logements, le Quartier des Écrivains a été construit de 1961 à 1966, à cheval sur les communes de Schiltigheim et de Bischheim.

L'ensemble est conçu par le même architecte, Gustave Stoskopf, pour un gestionnaire quasiment unique. On peut distinguer des tours, des barres et des immeubles en forme de T.


L'opération "Cité Erstein" s'inscrit dans le cadre des projets d'urbanisme du Groupement d'Urbanisme de Strasbourg. En 1959, l'OPHLM67 est sollicité pour construire une zone d'habitation de 1000 logements sociaux en banlieue nord. La surface de sol nécessaire est trouvée en réunissant des terrains situés sur la limite intercommunale de Schiltigheim et de Bischheim entre la route de Brumath et la rue de Sélestat prolongée (future rue Lamartine).

Les deux villes confient alors à la SERS (Société d'aménagement et d'équipement de la région strasbourgeoise née en 1957), l'opération "Grand Ensemble", tant pour les études préalables que pour la réalisation (octobre 1959).

En octobre 1961, le conseil municipal de Schiltigheim approuve la création d'une zone d'habitation au lieudit "Siebzehnacker" et le projet présenté par la SERS. Le plan masse implante les immeubles isolés (blocs en T, barres et tours) selon les directions nord-sud et est-oust, pour une composition centrée sur le regroupement des équipements collectifs ouverts à tout le Grand Ensemble (commerce, centre social et familial en 1973).

La conception du plan masse et des immeubles collectifs sont l'œuvre d'un seul maître d'œuvre G. Stoskopf, architecte en chef de l'opération. Sur l'ensemble de 1205 logements que compte le Grand Ensemble un peu moins de la moitié (591), sont réalisés sur le sol schilikois, entre 1962 et 1966.

La Ville y construit, à la même époque, l'école maternelle Victor Hugo. Le GE est appelé "Cité Erstein" du nom du baraquement du MRU (Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme), installé au même emplacement au sortir de la deuxième guerre mondiale.

L'urbanisation se poursuit aux abords de la Cité Erstein. En 1963, la Ville cède un terrain à la SIBAR pour la gendarmerie et vend un hectare de terrain à la société INNO France dont le magasin ouvre le 1er décembre 1963 (l'actuel centre commercial Leclerc).

L'OPHLM 67 construit 239 logements rue Colette-rue Lamartine, livrés en 1971. La "Résidence Verlaine" s'installe en 1975 à l'angle des rues Erstein, Lamartine et de la ligne de chemin de fer.
 


Source : Schiltigheim au XXème siècle sous la direction d'Armand Peter, avec la collaboration d'Annelise Gérard, Françoise Olivier-Utard et Léon Strauss (bf éditions 2007)


 

Schiltigheim quartier des Ecrivains


Schiltigheim quartier des Ecrivains (Photo Claude MENNINGER © Région Alsace–Inventaire général)
(Photo Claude MENNINGER © Région Alsace–Inventaire général)
 

Réhabilitation

A la fin des années 1980, la Ville de Schiltigheim, en partenariat avec l'OPHLM et la Ville de Bischheim, mène l'opération globale de réhabilitation du Grand Ensemble Cité Erstein. Elle sera réalisée en plusieurs phases, de 1981 à 1986. Au titre des actions d'accompagnement, la commune investit dans trois opérations majeures de requalification urbaine du GE qui ne s'achèvent qu'en 1991 :

  • La création d'une "entrée sud", le long de la rue d'Erstein et d'une promenade urbaine Est en bordure de la rue Lamartine (1985-1987). L'amélioration de l'image, alors remarquée, est basée sur la délimitation entre les espaces privés collectifs de l'OPHLM et les espaces publics gérés par la Ville, matérialisée par des barrières et de la végétation. Aujourd'hui, cette manière de faire, appelée "résidentialisation", est prônée de manière générale dans la réhabilitation des ensembles de logements sociaux.
  • En partenariat avec Bischheim, la construction d'un équipement de quartier, original par son programme et son architecture le "nouveau" Centre Social et Familial multifonctions. Il abrite ateliers et salle de musique en sous-sol, halte-garderie avec patio, ainsi que salle de réunion et locaux administratifs. A l'étage la bibliothèque-ludothèque des enfants est installée sur deux niveaux. La différence d'échelle, de forme et de matériaux, en contre-point du cadre architectural existant, le charme des volumes intérieurs et leur luminosité confèrent à l'équipement une attractivité durable. L'inauguration fêtée le 24 octobre 1987 rappelle aux pionniers du Grand Ensemble, la première ouverture du CSF en 1973.

L'extension et la restructuration de l'école maternelle Victor Hugo, de sa cour et de ses abords. Un itinéraire piéton tracé de la rue Lamartine à la rue Sébastien Brant en facilite l'accès. La pose de la première pierre en juin 1989 marque le début de l'ultime phase de la réhabilitation du GE, désormais dénommé Quartier des Écrivains. La nouvelle école maternelle est inaugurée en mars 1991.

 


Pour en savoir plus :

Aujourd'hui, la rénovation du Quartier des Écrivains : Réhabilitations, aménagements, amélioration du cadre de vie... :  le Quartier des écrivains est actuellement en pleine mutation. L'OPUS 67 y a entrepris un vaste programme de réhabilitations concernant 1238 logements de la cité, tandis que la Ville poursuit son action en créant notamment l'an passé de nouvelles infrastructures sur le «Terrain rouge», rue Sébastien Brant.



Voir aussi
 

Menu d'accès rapide